A / A / A

Sur le vif

SUR LE VIF est un blog participatif animé par les membres du Crash. Son but est d’exposer la diversité des expériences et des opinions qui agitent le monde de l'aide humanitaire, en évitant l'inclination au consensus qui tend à l'idéaliser. Les contributions des internautes sont plus que bienvenues : elles sont attendues.

Contribuer

Les opinions exprimées sur ce blog n’engagent que leurs auteurs.

Un homme transporte des sodas dans le camp de réfugiés de Dadaab
Article de blog

MSF et le système de l’aide: Le choix du non-choix

On entend souvent au sein de MSF que le système de l'aide serait incapable de fournir des secours efficaces, voire que sa capacité à le faire déclinerait. Cette affirmation se fonde sur le nombre bien réel et trop élevé de ceux qui auraient besoin d'aide et n'en reçoivent pas, ou pas assez.

 

Access to HealthCare in Saada and Amran governorates
Article de blog

“No patients, no problems” : Exposure to risk of medical personnel working in MSF projects in Yemen’s governorate of Amran

Le Journal of Humanitarian Assistance vient de publier un article de Michaël Neuman "No patients, no problems:" Exposure to risk of medical personnel working in MSF projects in Yemen's governorate of Amran. Cet article est le produit d'une enquête lancée en mars 2013 afin de mieux comprendre les formes diverses d'insécurité affectant les projets de Médecins sans Frontières au Yémen, ainsi que les mécanismes d'adaptations de l'organisation et des professionnels de santé.

Les limites de l'universel. L'accès des sans-papiers à une couverture maladie en France depuis 1999

L'article « Les limites de l'universel. L'accès des sans-papiers à une couverture maladie en France depuis 1999 » a été publié en 2014 dans Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem (N° 6), pages 199 à 215. Caroline Izambert répond à la question : comment l’ordre symbolique de la politique d’immigration a-t-il conduit à la mise en scène du traitement différencié des personnes en situation irrégulière, parfois au mépris de la rationalité bureaucratique et économique revendiquée par les responsables politiques en matière de gestion de l’État social ?