A / A / A

A lire : Le triage et ses modes d’existence

Date de publication
Elba Rahmouni
Elba
Rahmouni

Chargée de diffusion au CRASH depuis avril 2018, Elba est diplômée d’un master recherche en histoire de la philosophie classique et d’un master professionnel en conseil éditorial et gestion des connaissances numériques. Lors de ses études, elle a travaillé sur des questions de philosophie morale et s’est intéressée notamment à la nécessité pratique et à l’interdiction morale, juridique et politique du mensonge chez Kant.  

A l’aune des débats en France autour de la saturation des services de réanimation et des mesures de confinement lors de la pandémie de la Covid-19, Jean-Paul Gaudillière, Caroline Izambert (comité scientifique du CRASH) et Pierre-André Juven explorent la notion de triage dans un article intitulé « Le triage et ses modes d’existence : ce que la priorisation des soins révèle », récemment publié sur AOC. Ce court article passionnant permet de comprendre que si le triage clinique n’est en aucun cas une exception, c’est dans son articulation au triage systémique, à la fois politique et économique, qu’apparaît toute la profondeur et la difficulté de cette pratique. Cet article constitue également une très bonne introduction à l’ouvrage des mêmes auteurs Pandémopolitique. Réinventer la santé en commun, paru cette année aux éditions de La Découverte.

« La relation entre ces deux registres de triage est fondamentale. Si le triage clinique opère au niveau des « cas » et procède en une allocation d’intervention en fonction d’une évaluation de besoins individuels, il dépend toutefois des termes et des effets de ce triage systémique qui résulte des politiques de santé, des investissements en infrastructures, des actions des institutions, des dynamiques de hiérarchisation des populations, des pathologies ou des outils d’intervention. »

« Le triage n’est donc pas cette ligne rouge ou ce point de saturation cruel qu’il nous faudrait à tout prix éviter. Il est consubstantiel à l’activité de soin et se décline selon différents modes, à différentes échelles, en différents lieux et en utilisant différents outils. Il ne saurait être éliminé de l’équation sauf à penser que l’abondance perpétuelle de tous les moyens de soigner est notre horizon partagé. »

Pour aller plus loin : 

Jean-Paul Gaudillière, Caroline Izambert et Pierre-André Juven ont récemment fait paraitre Pandémopolitique. Réinventer la santé en commun, aux éditions de La Découverte, en 2021.

« Nous n’avons pas eu à effectuer le terrible tri des malades » a-t-on pu entendre au printemps 2020. Mais en est-on si sûrs ? Loin d’être un geste extraordinaire, le triage fait en réalité partie intégrante des champs de la médecine et de la santé. Seulement, la crise du SARS-CoV-2 a montré que le triage clinique n’était qu’une des dimensions et conséquences d’un triage systémique façonné par les politiques néolibérales et une technocratie sanitaire qui a, de longue date, négligé la santé publique. L’essentiel n’est donc pas tant de savoir si nous trions ou pas que de choisir collectivement les modalités du triage et de définir démocratiquement les priorités de notre système de santé. Des expériences alternatives se rappellent à nous et dessinent des horizons différents, du renouveau de la santé communautaire aux potentialités des communs, en passant par l’émergence d’un triage écologique. La pandémie ouvre une brèche politique pour penser un autre triage, réinventer notre santé selon d’autres priorités : sociales, écologiques, démocratiques. La crise du SARS-CoV-2 est en cela bien plus qu’une crise sanitaire. Elle est un événement pandémopolitique. »

Céline Lefève, Guillaume Lachenal, Vinh-Kim Nguyen, La médecine du tri. Histoire, éthique, anthropologie

« Qui soigner d’abord quand les ressources manquent ? Qui faire attendre ? Quels principes éthiques et quels critères médicaux utiliser pour classer les patients par ordre de priorité ? Opération fondamentale mise au point sur les champs de bataille, le « triage » est devenu, dans l’humanitaire et les services d’urgence, une technique de routine permettant de hiérarchiser les patients selon leurs besoins et les possibilités de traitement. Promesse d’une décision rationnelle et juste dans des situations dramatiques, il reste pourtant une manière d’évaluer les existences, qui risque de reconduire sans les interroger les normes sociales et culturelles : un acte médical à la fois indispensable et insupportable, qui sauve et qui sacrifie des vies. Ce livre propose une réflexion collective sur le triage en médecine du XIXe siècle à nos jours. Il montre que ses logiques constituent aujourd’hui un socle essentiel de pratiques médicales très diverses, depuis la médecine générale jusqu’à la gestion des pandémies. La « médecine du tri » définit – c’est notre hypothèse – un des paradigmes majeurs de la médecine de notre temps. »
 

Pour citer ce contenu :
Elba Rahmouni, A lire : Le triage et ses modes d’existence , 27 mai 2021, URL : http://msf-crash.org/index.php/fr/blog/medecine-et-sante-publique/lire-le-triage-et-ses-modes-dexistence

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site.

Contribuer

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question consiste à tester si vous êtes ou non un visiteur humain et à éviter les demandes automatisées de spam.