A / A / A

Conseils de lecture sur le Covid-19 : l'édition spéciale vaccins

Date de publication
Michaël Neuman
Michaël
Neuman

Directeur d'études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d'Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s'est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l'Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu'à Paris en tant qu'adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d'analyses politiques sur les questions d'immigration. Il a été membre des conseils d'administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a codirigé "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de MSF" (La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (CNRS Editions, 2016).

Natalie Roberts
Natalie
Roberts

Médecin de formation, Natalie a toujours souhaité rejoindre MSF. Après 9 ans de pratique, y compris au service des urgences à Bristol, elle rejoint MSF en 2012. Elle participe à différentes missions, aux Philippines, au Yémen, en Syrie, en RCA, en Ethiopie et en Ukraine. Avec l’aide de La Fondation MSF, elle suit un master « violence, conflict and development » à Londres, avant de rejoindre le département des urgences au siège de MSF à Paris. Elle travaille aujourd'hui comme directrice d'études au CRASH. 

Nous pouvons tous convenir que l'émergence du vaccin contre le Covid-19 est "un développement absolument étonnant", mais il est peu probable que les vaccins puissent arrêter complètement la propagation du virus, et encore moins l'éradiquer. Pourtant, même sans atteindre l'immunité de groupe, la possibilité de vacciner les personnes vulnérables semble réduire les hospitalisations et les décès dus au Covid-19. Cet article paru dans Nature souligne que, même si la maladie n'est pas prête de disparaître, nous pourrions bientôt être en mesure de vivre avec.

Cependant, il est peu probable que l'impact mondial dévastateur de la pandémie prenne fin tant qu'il n'y aura pas de déploiement adéquat de ces vaccins qui protègent contre les formes graves de la maladie. Il ne suffit pas d'avoir développé et homologué des vaccins : il faut aussi les produire à un niveau suffisant, les vendre à un prix abordable, les répartir de manière rationnelle afin qu'ils soient disponibles là où ils sont le plus nécessaires, et les déployer à grande échelle - car un vaccin ne sert à rien s'il reste dans un flacon au réfrigérateur.

Mais avant de devenir trop pessimistes quant à la possibilité que cette pandémie ne s'arrête jamais, nous devrions reconnaître qu'en quelques mois, en 2020, nous avons assisté à l'aboutissement des avancées technologiques de près d'une décennie. La pandémie a accéléré (à toute vitesse !) le développement d'un nouvel arsenal de technologies vaccinales, l'ARNm étant au premier plan. Mais pourquoi les vaccins à ARNm suscitent-ils autant d'intérêt

Entre-temps, des équipes travaillent à la mise au point de la deuxième génération de vaccins, au-delà du mRNA. Cette génération peut potentiellement être fabriquée plus rapidement et à moindre coût, ne nécessite pas une chaîne du froid difficile à gérer, ou peut s'attaquer à des variantes de virus;

Un des vaccins candidats les plus prometteurs pourrait être fabriqué à grande échelle en utilisant les sites de production de vaccins antigrippaux existants. Il a déjà fait l'objet d'essais cliniques au Brésil, au Mexique, en Thaïlande et au Vietnam. 

Enfin, certains groupes se penchent sur la production du "super" vaccin qui nous protégera contre tous les coronavirus, ce qui signifie que nous n'aurons plus à nous inquiéter des prochains SRAS, MERS ou Covid-19 : l'explication technique et la version facile à lire - vous pouvez même écouter.

Voilà qui est très prometteur pour l'avenir, mais à court terme, il n'y a tout simplement pas assez de vaccins pour tout le monde. La People's Vaccine Alliance et de nombreuses organisations (dont MSF International) ont demandé que les droits de propriété intellectuelle des vaccins Covid-19 soient suspendus, affirmant que cela conduirait directement à une augmentation de l'offre mondiale. Mais Charles Clift soutient que la promotion du partage volontaire de la propriété intellectuelle et du savoir-faire est plus judicieuse que la simple renonciation aux droits de propriété intellectuelle. 

Cette note de Maurice Cassier du laboratoire Cermes CNRS explore la faisabilité (mais pas la désirabilité) de faire des vaccins Covid des biens publics. Elle souligne le nombre considérable d'acteurs qui doivent être impliqués et les multiples questions auxquelles il faut répondre pour atteindre cet objectif.
Bien que Cassier n'aborde pas la question de la désirabilité, celle-ci a été explorée dans cet article publié en novembre 2020 pour le blog ID4D de l'Agence française de développement, avant même qu'aucun vaccin ne soit distribué. 

Cet article fascinant mais quelque peu complexe entre dans les détails des droits de propriété intellectuelle pour expliquer pourquoi, même si Moderna a accepté de ne pas faire valoir les brevets sur son vaccin, il s'agit d'un geste vide qui n'augmentera pas l'approvisionnement en vaccins. En fait, il semble que les brevets d'aujourd'hui ne valent même plus la peine.

Donc si les appels à renoncer aux droits de propriété intellectuelle sont trop simplistes, que peut-on faire pour augmenter l'offre mondiale de vaccins ? Pour en revenir à notre vedette parmi les vaccins actuels, aucune autre plateforme ne peut offrir une telle flexibilité et une barrière à l'entrée relativement faible que la technologie ARNm. Dans cet article, Tom Frieden et Marine Buissonnière décrivent les mesures que les États-Unis pourraient prendre pour que les installations des pays à revenu faible ou intermédiaire puissent fabriquer leurs propres vaccins à ARNm, notamment en encourageant les entreprises à transférer leur technologie et à accompagner ces nouveaux sites de fabrication tout au long du processus.

Mais en quoi consiste la fabrication de ces vaccins à ARNm ? À quoi ressemblent réellement cette technologie et cette infrastructure qu'il faudrait transférer vers de nouvelles installations de fabrication ? Selon ce regard interactif sur les installations de Pfizer aux États-Unis, ce n'est pas si simple - un processus complexe de fabrication et de test qui prend 60 jours, implique des installations dans trois États américains et nécessite des machines spécialement conçues à cet effet. 

Malgré tous les défis posés par l'augmentation de la production, des millions de doses de vaccins sont désormais distribuées dans le monde entier. Mais même lorsque les vaccins sont mis à la disposition des pays, cela ne signifie pas qu'ils sont utilisés. Au Malawi, les gens demandent aux médecins comment évacuer le vaccin d'AstraZeneca de leur corps. En Afrique du Sud, les autorités sanitaires ont cessé d'administrer le vaccin de Johnson & Johnson, deux mois après avoir abandonné le vaccin d'AstraZeneca. Et en République démocratique du Congo, 1,7 million de doses d'AstraZeneca n'ont pas été utilisées.

Alors que l'article du NYT pointe du doigt les craintes en matière de sécurité et l'excès de précaution dans les pays qui peuvent se permettre d'être pointilleux sur les vaccins qu'ils utilisent, l'anthropologue Oumy Thiongane affirme que les notions occidentales d'hésitation vaccinale ne devraient pas être appliquées naïvement en Afrique, ignorant le contexte politique, social et pharmaceutique et les questions d'inégalité d'accès aux soins.

Et cette notion d'"hésitation vaccinale" est examinée plus en détail dans cet article par les historiens de la médecine Anne-Marie Moulin et Gaëtan Thomas, qui affirment qu'il semble vraiment très pratique de ne pas s'engager dans des questions plus sensibles concernant la gouvernance des problèmes de santé publique.

Concrètement, l'un des principaux obstacles à un déploiement plus large des vaccins est que l'initiative COVAX ne couvre pas les coûts de mise en œuvre - la responsabilité de COVAX s'arrête une fois que les vaccins touchent le tarmac de l'aéroport du pays récepteur. Or, comme le souligne cet article, ce ne sont pas les vaccins qui vaccinent, mais les professionnels de santé, et de nombreux pays ont déjà un effectif insuffisant. 

Dans ce blog, un chercheur ougandais et un médecin sud-africain attribuent la cause aux problèmes de corruption et de déni qui existent depuis longtemps en Afrique subsaharienne : "Les pays africains ont été réticents à s'engager ou à mettre en place des processus d'approvisionnement en vaccins et maintenant, on crie à l'inégalité des vaccins et au manque de distribution équitable. S'il est vrai qu'il existe des inégalités, les pays développés ne sont pas les seuls à en être responsables. La corruption, le négationnisme, les budgets insuffisants, l'absence de priorités en matière d'approvisionnement et la dépendance vis-à-vis de l'accès mondial au vaccin COVID-19 (COVAX) ont conduit à la situation dans laquelle nous nous trouvons en tant que continent".

Mais l'Afrique n'est pas un pays. Alors pourquoi, alors que le Maroc a vacciné 9 millions de personnes, la RDC n'en a vacciné que 2000 alors qu'elle a reçu près de 2 millions de doses début mars ? Il semble qu'il s'agisse d'une combinaison de précautions concernant les effets secondaires du vaccin d'AstraZeneca, d'une population qui ne voit pas l'intérêt d'être des "cobayes" et de difficultés logistiques.

Pendant ce temps, l'Afrique du Sud, malgré des pics épidémiques importants, n'a pas fait beaucoup mieux que la RDC. Bien qu'elle ait reçu les vaccins plus tôt que la plupart des pays africains, seules 300 000 personnes ont été vaccinées à ce jour. Outre les problèmes attendus liés à la logistique, à la corruption et à la faiblesse des infrastructures, le pays a également choisi de suspendre l'utilisation des vaccins AstraZeneca et J+J.

Et à Kano, au Nigeria, le vaccin Pfizer suscite des inquiétudes particulières, compte tenu de l'historique d'un essai clinique défectueux d'un traitement contre la méningite fabriqué par Pfizer dans les années 1990.

Il est probablement un peu trop extrême de comparer le déploiement de la vaccination en Afrique sub-saharienne avec l'Europe. L'Afrique ne dispose peut-être pas de réelles capacités de production ou de distribution de vaccins, mais la mortalité due au Covid-19 (même si elle est largement sous-déclarée) reste également assez limitée. Mais qu'en est-il de l'Inde ? Le pays est confronté à une vague épidémique catastrophique, alors qu'il est l'un des plus grands fabricants de vaccins au monde et qu'il possède une solide expérience du déploiement de programmes de vaccination à grande échelle. Alors, qu'est-ce qui a mal tourné ? Selon le National Geographic, c'est compliqué. Les échecs sont avant tout d'ordre politique : d'un côté, le gouvernement indien est à l'origine de la demande de l'OMC de renoncer aux droits de propriété intellectuelle sur les vaccins Covid-19, de l'autre, les gouvernements des États indiens doivent payer deux fois plus pour les vaccins fabriqués en Inde que ce que l'Europe et les États-Unis paient pour les versions identiques non indiennes.

Pour citer ce contenu :
Michaël Neuman, Natalie Roberts, Conseils de lecture sur le Covid-19 : l'édition spéciale vaccins, 7 mai 2021, URL : http://msf-crash.org/index.php/fr/blog/medecine-et-sante-publique/conseils-de-lecture-sur-le-covid-19-ledition-speciale-vaccins

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site.

Contribuer

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question consiste à tester si vous êtes ou non un visiteur humain et à éviter les demandes automatisées de spam.